Photos     Forum         Chat      Events                        Music   Contact  Us
 

 

Home
My Haitisurf Page
Celebrity Photos
Fun & Games
Music
Men's
Community
Haiti News
Careers & Jobs
New Videos

Contact Us
Chat
Gadgets & Tech
Events Calendar
Learn Creole
Jokes
Directory
Register
Recipes
Shopping
Sports
Travel
Weather
Web tools

Downloads

community Tools

Forums
Chat
Business
Advertise on HS
Make Money
Shout Box
Business
Articles
Web Design
Site builder
Traffic Tools
Piano Lesson
Top Things
Link Exchange
Sites to visit
Top Sites

 

 
LOGIN
                      A Vision of Ludovic Lamothe, A Black Chopin

Ludovic Lamothe is at left; the pianist is at right.

Ludovic Lamothe is one of Haiti's most renowned classical composers. He was born in Port-au-Prince, his country's capital, on May 12, 1882. His father was Dr. Tacite Lamothe; his mother's name was Virginie Sampeur. Both of his parents were pianists, and Ludovic took his first piano lessons from his mother.

A Vision of Ludovic Lamothe is a recording on the IFA Music Records label, released in 2001. It features piano works performed by Charles P. Phillips, a concert pianist who specializes in the Latin American and Caribbean repertoire. The liner notes state: "A Vision of Ludovic Lamothe is a project of the Cultural Enlightenment Association of Ife. Visit us at <http://www.culturalenlightenment.com>".
The pieces include Ballade in A Minor (Scenes de Carnaval #2) (6:17), Danza No. 1 (La Habanera) (3:27), Evocation (5:46), and Danse Espagnole No. 4 (5:15). The liner notes describe Lamothe's music education as follows:
He graduated from L'Institution St. Louis de Gonzague in Port-au-Prince, and in 1910 young Lamothe was sent to Paris where he studied music composition with the celebrated Louis Diemer at the National

Conservatory of Music. During his lifetime, Lamothe was sometimes described as "a Black Chopin". The liner notes add: Around 1930, Lamothe turned his attention to studying the folklore and native music of

his country and began to incorporate these rhythms and melodies in his musical compositions. Lamothe became Chief of Music of the Republic of Haiti. Three of his works are also available on Music of The Haitian Masters, IFA Music Records 256 (1999). They are Scherzo (5:42), Sobo (3:07), and Meringue Haitienne, La dangereuse (7:24).

http://chevalierdesaintgeorges.homestead.com/Lamothe.html
 

Claude Carré

Danza no 3 de Ludovic Lamothe

Analyse et commentaires

Ludovic Lamothe

Ludovic Lamothe

 
 

     La musique classique haïtienne n'existe que par les oeuvres écrites des compositeurs.  Rarement interprétée, elle n'est pas enseignée, faute de conservatoire.  Presque morte, elle est en léthargie.  Pourtant pour la rendre vivante, il suffit d'apprendre à l'identifier, puis à l'étudier. L'interpréter deviendra alors une nécessité.

     Ce texte ne constitue qu'un premier travail de mise en friche. Nous avons essayé de rendre l'analyse de la partition la moins fastidieuse possible, permettant ainsi à des publics différents d'y avoir accès. Mais avant tout, qui est Ludovic Lamothe? 

     Ludovic Lamothe est un compositeur haïtien, né à Port-au-Prince en 1882 et décédé en 1953.  Il représente la tendance nationaliste de la musique classique haïtienne. Ancien élève du Conservatoire National de Musique de Paris, figure emblématique, virtuose du piano et interprète de Chopin, Lamothe nous a laissé un nombre important de compositions pour piano. Du recueil, Musique de Ludovic Lamothe, publié par son frère Fernand en 1955, nous tirons la «Danza nº 3», en vue d'analyser un des aspects de son travail, de faire connaissance avec ce musicien et, plus largement, d'inciter à la réflexion sur l'écriture musicale de l'un de nos compositeurs.
 

Origine de la danza

     Commençons d'abord par la contredanse qui est une danse paysanne anglaise du XVIIe siècle. Bien vite adoptée par les classes moyennes européennes, elle va se répandre à travers ce continent et arriva aux Antilles par l'intermédiaire des colons français, anglais et espagnols. La contradanza habanera, version cubaine de la contredanse espagnole à six temps, est remplacée en 1850 par la danza à deux temps, introduite à Cuba par les immigrants de Saint-Domingue (colons, affranchis et esclaves) fuyant la révolution haïtienne de 1804. Ces «nègres français» jouaient et dansaient déjà une version créolisée de la contredanse française. Alejo Carpentier dans son ouvrage, La musique à Cuba, retrace ainsi la genèse de cette danse:

     «Grâce au noir commençaient à s'insinuer, dans les basses, dans l'accompagnement de la contredanse française principalement, une suite d'accents déplacés, de plaisantes complications, de «façons de faire» qui créaient une habitude et engendraient une tradition. Observons un simple détail, plus instructif qu'une longue explication. Comme on le sait, le rythme mal nommé de habanera apparaît déjà, sans la moindre altération, dans les «contradanzas cubanas» du début du XIXe siècle. 

contradanza cubana

     Or, dans la fameuse danse intitulée «Tu madre es conga», que l'on danse en l'honneur du général Concha, ce rythme apparaît modifié de façon très singulière:

Tu madre es conga

     Même les plus ignorants en matière de lecture musicale pourront observer l'identité des deux figures rythmiques, quant à leurs éléments constitutifs: croche pointée, double croche, deux croches. Mais dans le second cas, une simple liaison transforme complètement le rythme, sans altérer la mesure en donnant naissance à un genre nouveau: la conga» [1].
 

Aspects rythmiques de la Danza n° 3

     Le rythme de base de la «Danza n° 3» de Ludovic Lamothe porté par les basses est la suivante:

Danza n° 3 de Ludovic Lamothe

     L'identité de cette cellule rythmique avec celle de la conga est frappante par la présence de la même liaison créant une syncope sur le deuxième temps. Les doubles croches ici ne font que remplacer par redoublement les croches du motif rythmique de la conga. De plus, si on réécrit cette cellule de la conga de la manière suivante: 

conga - Danza n° 3 de Ludovic Lamothe

     On retrouve le motif connu à Cuba sous l'appellation de tresillo, et qui n'est autre qu'une abréviation du kata haïtien, par l'omission des deux doubles croches. 

kata haïtien = cinquillo

     Le kata est également connu à Cuba sous l'appellation de cinquillo.

     De plus, dans les quatre premières mesures de la fameuse contradanza intitulée «Tu madre es conga», on relève la formule rythmico-mélodique suivante: 

Tu madre es conga

     On ne peut s'empêcher de la rapprocher de celle du thème central de la Danza n° 3 de Ludovic Lamothe: 

thème - Danza n° 3 de Ludovic Lamothe

     Dans les deux cas, en effet, on retrouve l'émission d'une blanche se prolongeant par une liaison sur le premier temps de la mesure suivante. À noter également la présence du «tresillo» à la dernière mesure de l'extrait.

     De ce fait, la «Danza no3» de Lamothe tout en étant vraisemblablement pour le musicien une «danse espagnole», ainsi nommée par lui par ailleurs, n'est au fond qu'une reproduction-réappropriation d'une danse créolisée par les immigrés haïtiens à Cuba! 

     Et, l'on conçoit que Constantin Dumervé puisse écrire: 

«Habanera est plutôt une méringue à structure rythmique espagnole et malgré cet emprunt étranger, elle est essentiellement haïtienne» [2]
 

Forme de la Danza n° 3

     Essayons de voir maintenant la structure de cette danza.

     La «Danza n° 3» comprend trois sections A B et C flanquées d'une introduction et d'une conclusion ou finale. La section A (partie centrale de la pièce) est reprise avant les sections B et C. Ce qui donne en définitive la forme suivante : Introduction A A B A C finale.

     Cette subdivision en trois parties distinctes avec reprise de la principale suivie à chaque fois d'autres parties contrastées (B et C), est une forme typiquement européenne apparentée au menuet, à la sonate et autres structures similaires. 

     Chaque section comprend une de charpente symétrique de 32 mesures, elle-même divisée en phrase musicales de 8 mesures chacune, qui sont à leur tour segmentées en 2 périodes. Le schéma ci-dessus en est la représentation:

schéma, Danza n° 3 de Ludovic Lamothe

     Une brève analyse des sections va nous permettre de dégager l'unité de cette pièce et de mettre à jour certains procédés stylistiques du compositeur.

Introduction

     De quatre mesures, l'introduction jouée seulement dans les basses a pour fonction : d'établir la cellule rythmique de la «Danza», de proposer la tonalité de la pièce par un va et vient entre la tonique et la subdominante (I Majeur – IV mineur). Bien que la pièce soit à deux temps, Ludovic Lamothe introduit ici un cycle de quatre temps dans les arpèges, ce qui constitue une sorte d'invitation à une danse qui va débuter sous peu. (voir mesures 1 à 4).
 

Section A

La section A énonce le thème central du morceau. Sa forme est la suivante: a b a' c.

  • La phrase a est le thème de 8 mesures. La tournure mélodico-rythmique est typiquement créole et rappelle, comme on l'a déjà montré, celle de la danza «Tu madre es conga». 
  • La phrase b est une imitation de a
  • La phrase a' est une répétition de a avec une variation dans la dernière mesure permettant de moduler en c à la subdominante par la cadence I7 – IVM. 
  • La phrase c est un retour à la tonalité principale par l'entremise d'une cadence parfaite (V7 IM). 

     Dans cette section, les développements mélodiques se font par imitation, répétition et variation. L'impression du quatre temps, initiée depuis l'introduction, se maintient sauf dans les moments forts, dits «cadentiels», où le cycle de deux temps s'installe sans partage (voir mesures 23 à 31). En outre, la mélodie empreinte de lyrisme diatonique semble flotter presque librement par-dessus le rythme de l'accompagnement et le tempo. Du point de vue harmonique notons que la mélodie engendre à deux reprises des appoggiatures de 9e majeur et de 11e mineur avec les accords de base tissés par les arpèges. 

     Après une reprise de A suit la section B
 

Section B

     De forme  a b a' b' la section B semble par endroit s'éloigner du thème central exposé à la section précédente, mais ce n'est que pour mieux y retourner.

  • La partie a contredit la section précédente. Elle remplace les arpèges, avec leur cycle de quatre temps, par des accords plaqués (forte) au rythme très dansant du «tresillo»; la mélodie elle-même participe de cette envolée rythmique en reprenant la même figure du kata. Enfin, survient une modulation quelque peu provocatrice à la tonalité mineure relative introduite par la cadence III7 – VI m.
  • En b le lyrisme doucereux de la section précédente reprend ses droits en ce que les arpèges au cycle de quatre temps reviennent et la mélodie imitative de la phrase a de la section A
  • La phrase a' est un reflet de a (répétition et variation) avec cette fois modulation sur la dominante (V). 
  • La dernière partie b' est une reprise de b caractérisée par une cadence parfaite sur la tonique de la pièce. 

     Après reprise intégrale de A, la Danza entame sa dernière escapade en C.
 

Section C

     De la forme a b a' b', la section C présente une architecture similaire à B sauf que les contrastes entre a b et a' b', entre thèse et antithèse, douceur et douleur, calme et déchirement sont encore plus exacerbés. Ici on peut entendre des dissonances prolongées, et leur effet sur l'auditeur est dramatique.

     En b et b' (les parties où règne l'agitation), on peut entendre une cascade d'accords diminués tant sur les degrés diatoniques que chromatiques (II, bIII, bIV), des accords de dominantes altérés (b5, b9) et même une ébauche de cluster par accumulation de secondes majeures. Ce dernier artifice, pour un bref moment esquissé, est monnaie courante chez les compositeurs impressionistes de l'époque contemporaine. 

     En b et b', l'effet de déchirement est également rendu par les tournures mélodiques. C'est ici en effet qu'on entend les notes les plus aiguës de la pièce pendant que des trilles persistants contribuent encore plus à l'effet recherché. 
 

Finale / Conclusion

     Pour conclure, l'auteur atteint son paroxysme par une résolution pathétique, réalisée grâce à l'emploi d'une pédale sur la tonique alors que l'harmonie vacille dangereusement entre l'accord parfait de la tonique et l'accord de dominante situé un demi-ton au-dessus (IM / bII7). Lorsque s'achève ce déchirement intérieur, l'auteur, délivré, renoue finalement avec la douceur du début et s'installe durant les cinq dernières mesures dans cette tonique sécurisante. Là, la danse elle-même cesse, car la syncope caractéristique de cette Danza, de même que la mélodie disparaissent. Ne subsistent alors que les figures neutres, calmes de l'arpège, et la douce résonance ultime de cette tonique retrouvée.

Rappelons que Ludovic Lamothe musicien de tendance nationaliste, à part ces compositions, nous a laissé entre autres, deux textes où il nous livre quelques-unes de ses idées [3]. De ces écrits nous retenons ici les points de vue suivants afin de dégager des pistes de réflexion: 

  • Il déplore le fait que la musique haïtienne mette surtout l'accent sur le rythme au détriment de l'harmonie. 
  • Il pense que la complexité rythmique de notre musique est un handicap à son exportation, qu'il faut donc la simplifier. 
  • Il affirme que trop d'érudition harmonique et contrapuntique nuit tout autant à sa large diffusion à l'étranger. 

     La conception quelque peu contradictoire de Ludovic Lamothe reflète un drame idéologique. En la formulant, Ludovic Lamothe se présente à la fois comme un nationaliste timoré et un compositeur effrayé des développements de la musique «savante» de son époque. D'une part, notre musique populaire recèle selon lui trop de «bizarreries» rythmiques, et d'autre part, la musique moderne fait montre également de «bizarreries polyphoniques». De telles contraintes justifient les propos du violoniste russe Bogumil Zykora selon lesquels: «Ludovic Lamothe est un grand compositeur et le dernier survivant du vrai romantisme. C'est un Chopin noir».

     Authentique représentant de l'élite intellectuelle haïtienne de son époque, avec tout ce que cela implique de contradictions idéologiques, Ludovic Lamothe est une figure importante dans le développement non seulement de la musique «savante», mais également de la musique populaire en Haïti. Une étude sérieuse de son úuvre musicale, ainsi que ses répercussions demeure à notre avis incontournable. 
 
 

Notes:

1.  Alejo Carpentier, La musique à Cuba, Gallimard, pp. 128-129. (retour au texte)

2.  Constantin Dumervé, Histoire de la musique en Haïti, Imprimerie des Antilles, Port-au-Prince Haïti, 1968, p. 246. (retour au texte)

3.  «Musique haïtienne» Ludovic Lamothe, Haïti journal, 30 mars 1994 et «Pouvons-nous avoir une musique nationale», Ludovic Lamothe, Le Temps, 1926. (retour au texte)

couverture (Musique de Ludovic Lamothe

Intro. - Danza no 3 de Ludovic Lamothe
suite - Danza no 3 de Ludovic Lamothe

Boutures...

Claude Carré
Guitariste de jazz, chercheur et informaticien, né à Port-au-Prince en 1953. Cofondateur de Natif Jazz Trio, 1998. À paraître, un essai, Les musiques d'Haïti.

 

 

                                                            

 

 

 

© 2004 Haitisurf.com All rights reserved. Marc-Charles Nicolas